La Chiale

part 2

 

Merci infiniment pour vos commentaires sur la première partie de la Chiale. Je me suis évidemment demandé quoi ajouter dans ce deuxième chapitre qui n’ait été déjà merveilleusement bien décrit par vous. Je retiens beaucoup de « c’est bien de chialer, et puis… c’est pas si grave » et surtout le sublime « on ne voit bien qu’avec des yeux qui ont pleuré ». merci Akabé. je suis tellement d’accord avec ça. les pleureuses ont de la chance. certaines m’ont proposé de monter un club d’ailleurs, et je leur dis OUI! on pourrait commencer comme ça.

et puis hier, je pleure sur le résultat des élections et tombe sur ce discours incroyable de Xavier Dolan devant Jane Campion. nous avons déjà parlé des discours ici, et de Xavier Dolan ici. de sa jeunesse aussi. Je crois que chialer, ça n’est évidemment pas grave. même si cela m’interroge, ça n’est pas la question de la gravité qui m’intéresse. Il me semble que je ne me suis jamais sentie aussi bien, aussi entière, aussi pleine, que depuis que je pleure. moi qui aie toujours tant ri. et si fort.

Je crois que l’on chiale lorsque la réalité dépasse notre entendement. mais pas la vérité ni de nos chagrins, ni nos rêves justement. dans le cas présent : « aimer et être aimé en retour ». Xavier Dolan, les loulous de la Ramires crew (ils sont Vice Champions de France)(si)(ils sont invités à l’hotel de Ville pour montrer leurs talents à Madame Hidalgo)(si), me font croire en la jeunesse, et ajoutés à vous, me faîtes croire en moi. Bien sûr que je chiale. parce qu’enfin je vois, parce qu’aussi j’arrive à vous faire voir, et que ça me bouleverse. parce que ça dépasse mon entendement. que ce blog, qui devait simplement montrer des gens se faisant beaux, que ce blog me fait voir! et je vois grand, plus grand encore. et que je vais m’y tenir. que je m’y tiens déjà.

« je pense que tout est possible à qui rêve, ose, travaille et n’abandonne jamais! » YEEHAAAA!

avec toute mon affection.

Il y a 2 années / Bouche 28 commentaire(s)

28 commentaire(s)

  • Je crois que c’est autant fou pour l’auteur que pour le lecteur de constater qu’un blog (car c’est souvent péjoratif un blog) puisse amener autant… Je me suis rendu compte là à l’instant que je n’avais pas de rêve, ni des gros ni des petits rien…Et ça donner aussi envie de chialer… est ce qu’on vit on mieux avec des rêves ?

  • « Il me semble que je ne me suis jamais sentie aussi bien, aussi entière, aussi pleine, que depuis que je pleure. »
    Ca fait trois semaines que je pleure et c’est tellement bien. Mes copin(e)s, qui ont d’abord été déconcerté(e)s par cet étalage de larmes, maintenant m’envient un peu.
    J’ai vu une voyante pour 30.000 dongs ce midi, je ne sais pas comment elle a su que je suis quelqu’un qui pleure, en tout cas elle a dit que j’étais forte et que je serai ‘sướng », heureuse.

  • Eh bien, comme le dit si bien Xavier Dolan, on fait se métier pour donner de l’amour et pour en recevoir en retour, n’est-ce pas? 😉 Moi, j’aime ton blog parce qu’il est plein de fraîcheur et de sincérité. Tu ne fais pas ça pour la frime ou pour l’argent, mais parce que tu en as envie! et ça se sent! bisous!

  • je n’aurais pas du lire ton article juste AVANT de commencer mon comité de direction… ça me ferait tellement du bien de chialer là maintenant, mais je ravale mes larmes et c’est très dur.

  • @marianne @Maï @toutlemonde : C’est dur aujourd’hui d’avoir des rêves. On est dans une société bizarre qui bousille le désir, on vit sous perfusion, on a à la fois tout et pas la promesse de quelque chose de meilleur. Est-ce qu’il faut se faire violence pour rêver à nouveau, est-ce qu’il faut cultiver la rareté, l’effort, la création, l’ouverture à l’autre… pour faire renaître ses rêves ?
    Maï, avec ton blog, tu as réussi à construire ton pont d’amour vers les autres, j’en ai les larmes.

  • Exprimer ses émotions, savoir se lâcher c’est juste bon pour la santé et rassurant pour les gens qui nous entourent. Non, nous ne sommes pas des robots!

  • Ah bah de rien, Maï, ce n’est pas de moi, cette expression, je le précise encore (et je ne sais plus de qui elle est…), mais je trouve qu’elle est très juste et très belle… Et illustre bien le genre de regard si spécial que tu poses sur le monde.
    Bonne journée sous le ciel gris!

  • Whaouh <3 ! Complètement d'accord.
    Je pleurais beaucoup petite, un peu trop, même si je riais beaucoup aussi, alors j'ai arrêté pendant longtemps et j'ai compensé par le rire.
    Depuis que je suis amoureuse, je pleure enfin de nouveau, je me laisse aller à mes émotions. Quand je pleure parce que je suis heureuse, c'est parce que je redeviens la petite fille que je suis, que je me dis que j'aurais tant aimé ressentir le bonheur de cet instant.
    Et l'amour fait pleurer, il nous rappelle à ce manque que l'on a tous.

  • C’est si larmes-larmes, d’être aimée.

    Parfois, mes copains-copines sont décontenancés par mes pleurs. Je larme l’amour, la beauté, la mignonnerie.
    Ce midi, j’ai eu les larmes aux yeux très fort très fort très fort. Un chien dans un pub est venu me faire une danse de la joie.
    Voilà ce que je pleure : la beauté de la vie.

  • Alors je vais peut être me retrouver bien seule à penser cela, mais j’avoue que les mots comptent beaucoup pour moi, et…. « chialer » ca ne manque pas d’élégance?

    ChiÂler. C’est un des mots que je déteste le plus, pourquoi dire chialer quand on peut dire pleurer? Pleurer c’est émouvant. Chialer c’est…. Bref.

    Rien que de dire ce mot…. Pfiou. C’est étrange je sais. LoL.

  • J’ai été émue aux larmes devant le discours de Xavier Dolan, si beau, tellement plein d’espoir. Et le lendemain, cette claque, cette énorme claque, j’étais devant les news en « duplex » au téléphone avec une amie, chair de poule et boule au ventre et des larmes d’infini tristesse.

    A ce moment là je lui ai dit  » Tu sais quoi, je pense que nous nous rappellerons tous de ce que nous étions en train de faire au moment ou nous avons appris les résultats, c’est grave, c’est très très grave ».
    Sincerement prise d’un grand désespoir.
    Et ce à quoi elle m’a répondu : » L’important c’est ce qu’il y a devant, on ne peut plus rien faire pour hier, il faut que nous mettions notre énergie au service d’un mode meilleur pour demain »
    Tout se rejoint, il ne faut jamais abandonné, l’amour, la beauté de l’amour, il faut travailler dur pour rendre le monde plus beau et surtout ne pas baisser les bras.
    Triple chialade en trois jours, Dolan <3, la haine, Timai <3. Deux contre un, l'amour gagne toujours.

  • C’est joli ce que tu dis June ! <3
    Sinon bah j'ai chialer aussi bravo ahah Pareil 3 jours à pleurer, mais je préfère que ça se finisse sur ce beau discours de Dolan et les petits mots doux de Timai ! Merci tout plein !

  • Je crois que je viens de prendre ma claque d’amour dans la gueule parce que j’ai les larmes aux yeux.
    Je viens juste de réaliser que mes, tes, leurs, actes de créations sont aussi des dons d’amours et non simplement un besoin d’amour.
    Je vais essayer d’être plus généreuse avec mes larmes parce qu’habituellement je pleure, puis paf, ça s’arrête net, ou alors c’est les chutes du niagara mais ça fait super longtemps que ça m’est pas arrivé. Je vais pas dire que l’idée me fait rêver, mais je sais que je n’ai pas tout épuisé, vidé .
    Merci Maï

    bisoux doux

  • @ camille , @ marianne
    un jour je me suis rendue compte que je n’avais plus de rêves. La frontalité de cette prise de conscience a été difficile mais je me suis dit, avant je rêvais. J’ai commencé à appeler mes rêves.
    où êtes vous?
    où vous cachez vous?
    et tout un tas de questions … et oui, ils sont revenus … et pour moi, ça a été un peu comme un muscle qui a été immobilisé et à qui on demande de remarcher
    –> tout doux bijou!
    C’est vrai que la société nous pousse, mais nous acceptons aussi d’être poussé(e)s. Alors n’est ce pas par là que nous devrions tous commencer?

  • Mai, j’en ai les larmes aux yeux
    j’aimerais tellement pouvoir faire sortir de moi ce que je vois, montrer aux autres, mais je n’ai pas la clé, pas encore
    ça viendra
    je crois
    merci de nous montrer ces belles choses
    merci encore
    (et bravo aux « petits » de M. Ramirez, ils m’ont donné de l’espoir, vraiment)

  • J’ai tellement besoin du genre de message lancé par Xavier Dolan en ce moment… moi aussi je veux y croire, oser, travailler et ne jamais abandonner mes buts, mes idéaux, mes rêves…
    Et je suis fière d’appartenir à sa génération.
    Bise Mai.

  • C’est drôle, à lire tous ces commentaires, les yeux me piquent puis se réchauffent. Et je verse une larme. Ou plutôt … une larme me quitte. « OUI OUI OUI », que de vérités dans tous ces mots !

    Au début, quand j’ai lu ta phrase « Je crois que l’on chiale lorsque la réalité dépasse notre entendement. » je me suis dit « oui, mais … pas toujours non ? » haha
    Et plus j’y réfléchi, plus je me dis que c’est vraiment ça. Quand on pleure, c’est comme instinctif, on ne le contrôle pas du tout. Et finalement l’instinct, c’est un retour à un état presque animal. C’est une pulsion. Un comportement inné de protection. Protection vis-à-vis de l’inconnu ? de ce qui dépasserait justement notre entendement … Oui… oui ! c’est si bien observé Mai !

    * moi aussi je pense que pleurer restitue à cet acte sa noblesse, à la différence de « chialer » ou « pleurnicher » ou « larmoyer » qui sont connotés négativement, comme tous les synonymes de pleurer en fait … #jesuischiantesurlasémantiquebonjour

    Merci de ce bel échange sur les larmes !! C’est si beau !
    Si profond … Comme le lagon des larmes de mes yeux !
    (J’en serais presque à avoir envie de pleurer rien que pour pleurer. Parce que c’est beau. Parce que c’est pur …)

  • Oh merci Xavier pour ton beau discours. Comme il était ému, lui aussi.
    Quelle beauté, quelle jeunesse.
    Merci Timai pour ton article, et pour la vidéo sur M. Ramirez… As-tu vu « La cour de Babel », magnifique documentaire ? J’ai chialé du début à la fin.
    C’est tellement bon de pleurer. Et j’ai l’impression que ça vide, ça nettoie ce qu’il y a à l’intérieur.

  • Très beau discours.
    Ce que je retiens aussi c’est les cheveux gris totalement assumés par Jane Campion, ca me conforte que j’ai pris la bonne décision d’assumer mon poivre et sel

  • Touchée au cœur…touchée coulée même !
    Juste un peu déçue de devoir subir une pub Samsung avant cette avalanche d’émotions liée à cette vidéo et à tes mots.
    La pleureuse silencieuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *