Sean + Seng

the Sweet Lords

Je vous présente de nouveaux boyfriends. J’ai rencontré Sean & Seng à Cannes en mai dernier. Ils sont photographes de mode, notamment pour Pop, Dazed and Confused, Numero, des magasines que j’adore. Leur univers très, très sensuel, parfois provocant n’en reste pas moins onirique. Je suis happée par chacune de leurs séries. Nous nous sommes retrouvés à Portobello Road chez Julie’s, pour prendre un ti-thé. London is really sweet.

Il faisait gris et tout doux. Comme beaucoup de mes boyfriends, le truc de Sean & Seng c’est la gym. Ils mangent sain, presque que du bio, et pour leur peau, c’est très simple aussi. Ils ont une huile basique, bio aussi. Le soir, ils se nettoient le visage avec. Passent de l’eau chaude. Vous vous souvenez, en on a parlé ici et . Et s’en remettent un film pour hydrater leur peau. Easy.

J’ai souvent tendance à me faire tout un film sur les artistes, surtout dans la fashion. Qui doivent être, j’imagine, trop fous, trop excessifs, trop chiants aussi. Mais Sean & Seng (l’un ne va pas sans l’autre) sont si doux et simples aussi. Je pense souvent à Seng, qui est né en Malaisie. Il « savait » qu’il ne pourrait pas rester vivre là-bas. Il est parti tout jeune, pour faire ses études d’arts à Londres. Ce genre de truc me sidère. J’ai rencontré l’autre jour une Chinoise qui « savait » aussi qu’elle ne pourrait pas vivre là-bas. Elle venait d’une famille aisé qui lui a offert un tour du monde pendant 1 mois pour qu’elle se fasse une idée. 2 à 3 jours par destination. Elle a choisi l’Australie et y réside, toute heureuse depuis plusieurs années maintenant. pfff, il y a des trucs qu’on peut pas inventer.

Bref, je reviens à mes Lords. En arrivant à l’université, Seng a rencontré Sean. L’un en section mode, l’autre photgraphie. Ils ne se sont plus quittés. Et font maintenant tout à deux. C’est un truc qui m’a toujours fait fantasmer. Travailler avec ton mec. Tout faire à deux. Et vous?

Il y a 4 années / Bouche 12 commentaire(s)

12 commentaire(s)

  • J’ai su tres vite, en arrivant en metropole, que je ne resterais pas, sans reussir a expliquer pourquoi. J’y suis restee quelques annees, le temps de finir mes etudes et hop ! direction l’Australie aussi, depuis un peu plus d’un an. Et on se voit vraiment bien y rester. Il y a des endroits qu’on sent etre les siens, je crois, comme une evidence.
    Jolie decouverte que Sean & Seng, merci ! J’en profite d’ailleurs pour te remercier de toutes ces petites bulles petillantes de bonheur que sont tes articles. Je me regale en silence depuis un bon moment, il etait temps de sortir du bois.
    Bonne journee !

  • Beau couple!

    Moi aussi je travaille avec mon Poilu. On a monté notre agence de pub il y a 4 ans. Il est photographe et moi graphiste. Nos boulots sont complémentaires et nous aussi. Parfois ça fait flipper quand les gens s’exclament « quoi, vous êtres 24/24h ensemble??? et ça va??? »… Mais oui, ça va et même très bien. J’avoue, c’est le pied même si il faut gérer: un temps boulot, un temps perso.

    Merci pour ces belles rencontres sur ton blog ;o)

  • Nan, je ne pense pas que je pourrais bosser avec mon homme. Il fait de la photo donc je le conseille pour certains de ses travaux et pour la rédaction sur son site. Mais je ne vois pas travailler avec lui au quotidien.
    Moi aussi, je vois souvent les artistes comme des personnes ultra originales et complètement barrées. Mais dans le fond, ce sont des personnes lambdas comme nous tous. D’ailleurs, je suis persuadée que nous sommes tous des artistes, il suffit juste de trouver la ou les disciplines où notre talent excelle :-). Je suis aussi admirative des personnes qui partent de leur contrée d’origine pour partir habiter loin et qui savent qu’ils « never go back ». Je serais incapable (pour l’instant) de faire pareil, je trouve ça courageux de tout lâcher pour reconstruire une nouvelle vie ailleurs.
    Une jolie rencontre que ce couple de photographes.
    La bise !

  • hahaha, merci pour vos comments.
    @ annole: merci! j’ai plein de tutos en tête mais aussi du boulot a plus savoir par où commencer :( les tutos me prennent beaucoup de temps (plus que 5 minutes et 4 produits ;D) et donc c’est pas toujours simple. mais je note le point et dès que je peux : zouh!
    @ tutti : si vous avez des idees de tutos rapides à réaliser. tell me 😀
    xoxo

  • Tout faire avec un homme pas sur que je sois en mesure de le faire, en revanche avoir un projet commun qui seraient porteur de valeurs oui, je pense même avec le recul que c’est un peu fondamental, ça peut aller du footing à avoir une entreprise ensemble.
    Pour les tutos faciles, je sais pas poser son vernis facilement.
    Sinon question sur les shampoings solides, qu’en penses tu
    😉

  • Ce que Seng dit sur son pays c’est presque exactement ce que j’ai toujours ressenti et ce que je ressens encore. Je suis parti vivre à Montréal, c’est pas l’endroit le plus dépaysant et éloigné culturellement parlant, mais c’est quand même une autre mentalité qui fait que non je ne regrette pas d’être parti.
    L’expression «Home is where the heart is» prend vraiment son sens dans cette situation !
    En tout cas, j’aime vraiment cette série d’article ou tu t’introduit dans les salles de bains de tes amis 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *